OPTIONS FRANÇAISES POUR AZALY

Une rencontre secrète réunissant le lieutnant colonel, chef de la coopération militaire française à Moroni, le directeur de la BIC, la seule banque commerciale des Comores, filiale de la BNP, le directeur de l'Agence Française de Développement et le chargé d'Affaires à l'ambassade de France, a eu lieu il y a plus de 2 semaines au nord de Moroni. Ces principaux représentants des intérêts français à Moroni ont confronté leurs vues sur la crise affectant l'archipel et particulièrement le sort du régime militaire. Le lt-colonel, jusque là, éminence grise d'Azali et Abeid et propagandiste du régime militaire, s'est fait l'avocat du retour d'Azaly à la caserne. Guerken, le chargé d'affaires, qui ne manque aucune occasion d'ironiser sur les prétentions à la bonne gouvernance d'Azaly, penche pour une solution où le colonel deviendrait un arbitre, au -dessus d'un gouvernement civil, dirigé par un premier ministre. Une troisième option avancée serait de confier les fonctions de chef d'état à Abdallah Halifa, président du Haut Conseil de la République dissout par les militaires.


PASSATION DE SERVICE POUR MRADABI  

La passation de service entre Mradabi et Abodo Soefo a eu lieu ce  jeudi 4 dans les locaux de la S.C.H à Itsambuni, Moroni. L'après-midi , le colonel Azaly a offert un pot d'adieu au D.G de 20 ans des Hydrocarbures. malgré la mise en scène, les relations se dégradent entre les 2 colonels. Mradabi a fini par se faire à l'inéluctable, mais pas à se faire remplacer par un de ceux qu'il considère comme ses pires ennemis: Abodo Soefo du Front Démocratique. L'entourage du président de Shawiri, considère cette nomination comme un affront par Azaly et une manœuvre de dernière minute du FD. Sous Abasse le nom d'Idrisse Mohamed autre dirigeant du FD avait été fréquemment avancé.  


TAKI, UN DEFUNT PRESIDENT AUX ENCHERES  

Azaly et les fidèles de Taki, sa veuve et les gardiens du souvenir de l'UNDC, le parti de l'ancien président, se disputent la commémoration de sa mort le vendredi 5 novembre. Malgré les protestations des fidèles, le colonel soutenu par son ministre de la santé Nassur , un ex takiste originaire de Mbéni, profite de l'apathie régnant dans l'ancien fief takiste pour présider à une commémoration officielle. Depuis qu'il s'est emparé du pouvoir, le président ne rate aucune occasion de flatter la population de Mbéni. Mme Veuve et les gardiens de la flamme, eux vont célébrer le souvenir à Salimani.  


  CHOUZOUR, UN BUDGET POUR MOI AUSSI  

Comme l'avait annoncé PRC ACTUALITES, plusieurs jours avant, Mme Moinaécha Cheikh, ex secrétaire générale de la présidence, a remplacé Abdo Soefo à l'éducation, lequel a remplacé Mradabi à la SCH. Sultan Chouzour, conseiller privé d'Azaly, est candidat au poste laissé par sa protégée. Le poste est très convoité. Aboubacar Said Salim, conseiller à la communication avait cru un instant à sa bonne étoile, mais Azali, qui y avait pensé, pencherait pour un des leaders du mouvement des wangazidja. Trois essaient de se faire remarquer par le leader: Ibrahim Hissani, Dr Djaffar Mohamed ex directeur du CNDRS, et  Idarousse Abdou. Mais Chouzour,  se bat pour gérer le budget de la présidence. Il ne croit plus à ses chances de s'imposer comme premier ministre, mais voit  le poste de S.G comme un lieu stratégique pour un contact naturel avec le futur chef de l'état.  Le conseiller privé essaie depuis quelque temps d'obtenir la nomination de sa cousine germaine Mme Zahara Toyb au conseil d'état, mais rencontre une forte opposition dans cet organe.


  INITIATIVES DE SORTIE DE CRISE  

Les 14 partis et morceaux de partis signataires, qui jusqu'ici coopéraient avec le régime, ont rencontré le jeudi  4 au Club des Amis, les 11 partis, pour la plus part signataires de l'Accord d'Antananarivo. Tous les participants à l'exception du Shawiri et du MCR de Mohamed Abdou Madi, ancien parte parole séparatiste, acceptent l'Accord d'Antananarivo, comme document de référence pour une sortie de la crise. Une commission a été désignée pour proposer des solutions sur la transition, les organes à mettre en place et leur composition.  L'idée de démarches communes auprès de l'OUA, des pays de la région et de l'Union Européenne fait son chemin. La classe politique comorienne ne doit plus réagir aux initiatives extérieures mais faire la preuve de son souci d'union pour proposer des solutions crédibles aux partenaires extérieurs. Des dissensions existent toujours sur la place qui devrait être réservée à Azaly et l'armée. Le parti Shawari, qui était observateur à Antananarivo refuse de considérer le document de Tana comme un accord tant qu'il n'y a pas de signature anjouanaise. Une majorité de partis se montrent hostiles à l'intégration du MCR dans la coalition.


  RENTREE SCOLAIRE RATEE: LE PETROLE AVIVE LE FEU

La rentrée scolaire prévue pour le 25 octobre n'a toujours pas eu lieu. La pagaille règne à la fonction publique. Lles retards pris dans le recensement des agents de l'éducation n' ont pas permis un accord entre les syndicats et le comité d'état. Beaucoup d'enseignants n'ont pas de numéro d'immatriculation et sont considérés comme des "agents non renseignés" et donc n'ayant pas de poste. De ce fait ils n'ont pas droit aux 50% d'indemnité de fonction des enseignants et refusent de rejoindre les classes. Le rendez-vous entre le secrétaire général des syndicats des enseignants M. Ibouroi Toibibou et le commissaire à l'éducation M. Abodo Soefo a tourné court. Le syndicaliste a attendu vainement dans les bureaux du ministère de l'éducation. Il est parti en claquant la porte, quand le cabinet l'a informé que son interlocuteur était aux Hydrocarbures pour la passation de service officieuse. Les 2 hommes appartiennent au FD.


GENDRE INTERVIENT POUR LA DOUANE  

Les fonds français pour l'équipement informatique des services de douane vont être débloqués. Gelés depuis Taki, revendiqués sans succès par le gouvernement Abasse, ces fonds iront à l'achat d'ordinateurs et de logiciels. Les agents de la coopération française à Moroni, avancent l'amélioration de la gestion sous la direction de Raoul Delapeyre. D'autres commentaires font état de l'amitié entre M. Gendre, le directeur de l'Agence Française pour le Développement (AFD) à Moroni, et le D.G. Pour le comité d'état, ce sera un rare motif de satisfaction.